Que veut vraiment dire réussir ?

Femme devant le soleil couchant

« Jean il a réussi lui ». Immédiatement vous songez qu’il gagne bien sa vie. Expression d’ailleurs amplement détournée, étant donné que trop souvent on perd justement la vie à la gagner… Mais est-ce vraiment ça réussir ? Gagner beaucoup d’argent ? Le sens du mot réussir n’aurait pas changé dans l’interprétation instantanée qu’on en fait au quotidien ?

Homme fortuné en costume

 

Quelle est la vraie définition ?

Si vous cherchez dans le dictionnaire Larousse, vous trouverez ça : « Avoir un résultat heureux, se terminer par un succès […] Obtenir un succès, en particulier réaliser ses ambitions : Il réussit dans ce qu’il entreprend. » “Résultat heureux”, “réaliser ses ambitions”. On est loin d’une définition se cantonnant à l’argent. D’ailleurs lorsqu’on repense à l’exemple de Jean, on peut légitimement se poser la question : « Il a réussit à quoi ? » (qu’a-t-il accompli ?) . Il est intéressant de voir comment l’interprétation décontextualisée se tourne immédiatement vers une définition unique et déshumanisée du mot.

Un sens qui a changé

Partant de ce constat là, on a tout de même de quoi s’interroger. La définition non officielle du mot a clairement été restreinte à un de ses domaines. C’est donc que l’usage qu’on fait du mot a changé. Or un usage est généralement pétri par l’environnement dans lequel il se développe. Avant Facebook, l’usage du mot « liker » se cantonnait à l’anglais. Désormais le mot est répandu à travers tout l’internet francophone, ce qui n’est pas rien. Et Facebook fait bel et bien parti de notre environnement. Voilà un bel exemple de la façon dont la société (l’environnement) sculpte le sens des mots utilisés au quotidien.

 

Comment on en est arrivés là ?

C’est ainsi qu’aujourd’hui, lorsqu’on parle réussite, on parle argent, patrimoine, boulot ou encore positionnement social. En bref, on parle matérialisme. Étonnant ? Pas tant que ça. Si on y réfléchit un peu, on constate que c’est le reflet de notre société actuelle. Celle-ci a formé (ou plutôt déformé dans ce cas) le sens du mot réussir et changé l’usage qu’on a fait. Notre belle société capitaliste et matérialiste où l’argent est roi.

Hôtel et boutique de luxe

Constater que réussir a désormais un usage très souvent matérialiste est dès lors logique. En effet, on ne peut qu’admettre que la société actuelle est matérialiste et que c’est une des préoccupations majeures à notre époque. Dans notre monde, l’économie dirige la politique et régit nombre des relations entre les individus par le biais des entreprises. L’économie passe avant les considérations philosophiques, éthiques ou autres. Ne nous étonnons pas alors que réussir soit réduit à un succès financier. Et c’est bien dommage et inquiétant à la fois.

 

Réussir c’est pourtant tellement de choses !

Lorsqu’on dit « j’ai surmonté mes peurs et ai réussi à sauter en parachute ! » il s’agit également de réaliser ses ambitions et atteindre un résultat heureux (je vous renvoie à la définition du Larousse). En effet, si on considère que nos peurs sont un frein pour le bonheur, les surmonter est alors une manière de se rapprocher du bonheur.

Et il y a une quantité infinie d’autres chemins vers la réussite ! Réussir à trouver un travail, réussir à partir en voyage, réussir à traverser un lac à la nage, réussir à résoudre un problème mathématique, réussir à oser avouer ses sentiments à une personne, réussir à coder un site internet, réussir à méditer et que sais-je encore. Autant de façons que chacun a d’atteindre le bonheur.

Saut en parachute

 

Chacun a sa propre définition

Ainsi, dans la société actuelle et sans contexte, réussir renvoie systématiquement et immédiatement à un aspect matériel. L’exemple « Jean a réussi lui » en est la preuve.

Néanmoins, réussir dans sa vraie définition couvre bien d’autres aspects que le matériel. Il s’agit d’obtenir un succès, d’atteindre le bonheur. Bonheur, qui, en fonction du contexte ou de l’environnement donné peut prendre bien des formes. Et chaque individu a sa propre conception possible de ce que signifie réussir. Chacun a son propre chemin ou ses propres idées pour réaliser ses ambitions et atteindre le bonheur.

On ne réussit qu’en étant soi-même, pas en imitant les autres. Dominique Glocheux

Source: Un Notre Monde

 

Merci de suivre et d'aimer: